Accès au Nirvana ou à l’Olympe

J’écris sur l’accès à la conscience universelle du citoyen. Un vécu qui demande peu d’efforts !

Rien n’en répond assez en occident, ni son monde clinique, ni les médias, mais je trouve qu’il existe une sorte de phénoménologie dans l’enfance des pertes de la télépathie (s’exprimer par l’esprit et par le corps imaginé), du physio-kaducée (la glande pinéale active pour la conscience avec un disque intervertébral entre la dorsale et la lombaire qui joue un rôle car il sert à l’éveil) et de l’accès aux vies antérieures dont on se doit rester du même genre (le coccyx non bridé télépathiquement et les dernières vertèbres, on suppose), ce qui rend spirituel quand on les retrouve et si l’on s’en purge l’esprit suffisamment et cela parce que la vie des adultes en est ignorante, le plus souvent. Et se purger l’esprit de ses moindres fautes (principalement libidinales ou assimilées) d’enfance même avec des insectes résiduels aux « vêtements » de soi bébé, subliminalement et cognitif à soi-même, conduit même au nirvana, d’un jeu avec des réincarnations (futures) possibles et pardonnées, commun avec la nature, quand on aura accroché son enfance subliminale et purgée au ciel universel. Alors, je me demande si cela vous intéresse et si pour vous la santé et la philosophie passent par ces étapes ?

Publié par

Arnaud Basterreix

Né en 1978. Il écrit de la poésie depuis le début des années 90 et s'applique plus particulièrement à la forme du Haïku dont la brièveté sans artifice et la force symbolique convient à sa nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + 5 =


WordPress spam bloqué par CleanTalk.